Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris
n°4
Hervé Sellin

Take the CA train ! De nouvelles perspectives pour l’enseignement du jazz

Article
  • Résumé
  • Abstract

À l’occasion de l’ouverture, à la rentrée 2012-2013, de la formation au Certificat d’aptitude (CA) de jazz au sein du département de pédagogie du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, il était utile de mener une réflexion en profondeur sur la transmission des savoirs relatifs au jazz, à sa pratique, à son histoire et à sa projection dans notre monde d’aujourd’hui.

La formation au CA du Conservatoire de Paris, riche de vingt années d’expérience, englobe des disciplines à la fois théoriques, littéraires, esthétiques, philosophiques mais aussi pratiques, toujours orientées vers une pédagogie moderne et dynamique.

Le jazz est une musique de tradition orale. Ce fondement sera la base de réflexion et de travail au sein de cette formation au CA.

Texte intégral

En septembre 2012 s’ouvre, au sein du département Pédagogie – Formation à l’enseignement du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, la formation au certificat d’aptitude (CA) de jazz, délivrant à la fois le certificat d’aptitude et un diplôme de 2e cycle supérieur de pédagogie et formation à l’enseignement conférant le grade de master et permettant d’enseigner le jazz dans les conservatoires classés par l’état (conservatoires à rayonnement communal, départemental ou régional). Le CA de jazz existe depuis 1987 mais ne faisait pas, jusqu’alors, l’objet d’une formation au Conservatoire de Paris.

De son côté, le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Lyon propose une formation au CA de jazz depuis 2007.

Réflexions fondamentales sur la mise en place de la formation1

 La réalité du monde d’aujourd’hui dans le domaine des musiques de jazz nous impose une réflexion nouvelle. Désormais, l’« artiste en jazz » se doit d’intégrer dans son projet de carrière le volet pédagogique sans que cela représente pour autant une voie résignée ou opportuniste du fait d’un certain manque d’activité sur scène. L’enseignant(e) reste avant tout un(e) musicien(e) de terrain qui transmet, au-delà des éléments théoriques, les acquis et la réflexion que lui procurent ses propres expériences de vie d’artiste.

La formation au CA de jazz du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris se veut, avant toute chose, riche, dynamique et forte de rencontres et d’expériences didactiques partagées avec des musiciens actifs, créatifs et pédagogues qui représentent la scène de tous les jazz d’aujourd’hui.

Le département de Pédagogie – Formation à l’enseignement du Conservatoire de Paris, fort de presque vingt années d’expérience, permet d’offrir aux étudiants en formation, en parallèle des enseignements spécifiques au jazz, une approche unique des sciences de l’éducation et des aspects littéraires, philosophiques, sociologiques et pratiques de la musique, et, au-delà, de toute forme d’art.

Cette formation pluridisciplinaire repose sur trois principes fondamentaux :

-  L’étudiant doit avant toute chose être un artiste passionné, pratiquant au plus haut niveau et sachant analyser les éléments de sa (ses) pratique(s).

-  Il doit ensuite avoir conscience de la diversité des profils d’élèves auxquels il devra s’adresser au sein des établissements d’enseignement : enfants, adolescents, adultes, mais aussi débutants, amateurs, étudiants en cours de professionnalisation ou professionnels en formation complémentaire.

-  Enfin, il devra parvenir au travers de ces cours, ateliers pédagogiques et rencontres à développer une méthodologie savante et sensible, afin d’être en mesure de transmettre son savoir avec efficacité et ouverture.

 

L’enseignement du jazz en France remonte au début des années 1960, avec la création en 1963 de la première classe de jazz au sein du Conservatoire de Marseille, mise en place par le trompettiste Guy Longnon.

Il faudra attendre plus de dix ans (1976) pour que Paris suive cette voie avec, simultanément, l’ouverture par Alain Guerrini du CIM (Centre d’information musicale), école d’influence jazz traditionnel et be-bop, et de l’IACP (Institute for Art and Cultural Perception) d’Alan Silva, résolument orientée vers la mouvance free jazz de l’époque.

Depuis lors, l’enseignement du jazz n’a cessé de se développer tant dans le secteur privé qu’institutionnel. C’est en 1991 que s’ouvre, sous la direction du saxophoniste et compositeur François Jeanneau, le département Jazz et musiques improvisées du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris. Dirigé aujourd’hui par le contrebassiste Riccardo Del Fra, ce département est internationalement reconnu pour sa richesse artistique, sa créativité, son niveau et son ouverture. Il compte parmi ses professeurs des personnalités des mondes du jazz et de l’improvisation tels que Pierre de Bethmann2, Glenn Ferris3, Vincent Lê Quang4, Alexandros Markeas5, Patrick Moutal6, Dré Pallemaerts7, Hervé Sellin8, François Théberge[9.

Au vu de l’ensemble de ces éléments, et considérant toute l’histoire de la musique de jazz, un rappel évident s’impose : le jazz n’est pas né d’une théorisation d’éléments musicaux mais d’un phénomène d’influences métissées dont le vecteur fondamental aura été la tradition orale. Duke Ellington disait : « un musicien a deux oreilles : une pour l’école, une pour la rue. » Il est donc important, à l’aube de ce XXIe siècle, de garder à l’esprit, dans une démarche pédagogique contemporaine, l’importance de cet outil fondateur.

C’est pour cela qu’au-delà de tous les enseignements théoriques et pratiques relatifs à cette formation de futurs enseignants en jazz, nous nous attacherons à faire perdurer cette approche, cette philosophie de la transmission.

Qu’enseigne t-on lorsqu’on enseigne le jazz ?

Enseigner le jazz, c’est d’abord enseigner l’écoute, l’amour et le respect de cette musique.

C’est enseigner la pratique individuelle, la pratique d’ensemble, la théorie, l’harmonie, le travail de l’oreille, le répertoire, la composition, l’arrangement, l’orchestration, l’histoire du jazz…

C’est apprendre comment relever les solos de nos maîtres et comment analyser leurs œuvres mais c’est aussi enseigner la réalité d’un passage du monde du jazz au monde des jazz, fait de multiples transversalités : musiques du monde, musique classique contemporaine, musiques de la rue, musiques électroniques…

 

La formation au CA de jazz doit permettre à l’artiste-musicien, tout en développant ses propres qualités d’invention, d’explorer de nouveaux territoires, de nouvelles pistes pour favoriser l’épanouissement de sa pratique à travers le partage.

Il nous faut avant tout garder à l’esprit qu’on enseigne un art : l’art de transmettre cette musique que nous pratiquons et que nous aimons.

Les musiciens qui enseignent le jazz depuis des décennies ont su utiliser leur propre expérience faite d’aventures artistiques et humaines vécues sur scène et à travers de multiples rencontres. L’objectif premier de la mise en place de cette formation pédagogique est de garder intact et vivant cet esprit de métissage, d’échange et d’aventure qui caractérise notre musique.

 

Au sein de la formation, les étudiants travailleront sous la direction des professeurs du département Jazz et musiques improvisées du Conservatoire de Paris mais ils rencontreront également des acteurs incontournables de la scène contemporaine du jazz, artistes-musiciens-créateurs mais aussi historiens ou écrivains, tels que Franck Bergerot10, Jean-Louis Chautemps11, Laurent Cugny12, Andy Emler13, Daniel Humair14, François Jeanneau15, Bojan Zulfikarpasic16

Les éléments pratiques, artistiques et philosophiques que proposeront ces différentes personnalités ne pourront qu’éclairer le chemin de la transmission de notre musique aux générations futures.

Notes

1Extrait du « Programme de l’étudiant en formation au C.A de jazz », Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, 2012.

2Pierre de Bethmann est pianiste et compositeur.

3Glenn Ferris est tromboniste et compositeur.

4Vincent Lê Quang, saxophoniste et compositeur, enseigne l’improvisation générative et le Soundpainting.

5Alexandros Marquéas, pianiste et compositeur de musique contemporaine, enseigne l’improvisation générative.

6Patrick Moutal est professeur de musique de l’Inde et d’improvisation modale.

7Dré Pallemaerts est batteur et compositeur.

8Hervé Sellin est pianiste et compositeur.

9François Théberge est saxophoniste et compositeur.

10Franck Bergerot est écrivain, journaliste, rédacteur en chef de la revue Jazzman/Jazzmagazine.

11Jean-Louis Chautemps est saxophoniste et compositeur.

12Laurent Cugny est pianiste, compositeur et écrivain . Il est également professeur de musicologie à l’Université Paris IV-Sorbonne.

13Andy Emler est pianiste et compositeur.

14Daniel Humair est batteur, peintre et compositeur.

15François Jeanneau est saxophoniste et compositeur.

16Bojan Zulfikarpasic, d’origine bosniaque, est pianiste et compositeur.

Pour citer ce document

Hervé Sellin, «Take the CA train ! De nouvelles perspectives pour l’enseignement du jazz», La Revue du Conservatoire [En ligne], Réflexions et matériels pédagogiques, Le premier numéro, La revue du Conservatoire, Contenus, mis à jour le : 06/02/2013, URL : http://larevue.conservatoiredeparis.fr/index.php?id=453.

Quelques mots à propos de :  Hervé Sellin

 Hervé Sellin est né en 1957. Ses études au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris en piano, musique de chambre, harmonie et analyse sont récompensées par les prix de piano (dans la classe d’Aldo Ciccolini) et de musique de chambre. Il s’oriente ensuite vers une carrière dans le jazz qui le conduira à jouer aux côtés de Art Farmer, Slide Hampton, Chet Baker, Dizzy Gillespie, Clifford Jordan… Pianiste attitré de Johnny Griffin depuis 1984, il accompagne également Dee Dee Bridgewater de 1986 à 1990. Prix Django Reinhardt en 1989 pour ses activités de soliste, compositeur et arrangeur, il enregistre avec Branford Marsalis en 1991 (Sony music), mais aussi, en 2000, un album piano solo « Thèmes et variations » (Jazz aux remparts/Night and Day), ainsi que deux albums avec le batteur Bertrand Renaudin : « Acoustic MOP », en trio, et « L’arbre voyage », en quintette (CC productions/Harmonia Mundi). Depuis 2002, il se produit en tournée avec le groupe de Richard Galliano « Piazzolla for ever » (300 concerts dans le monde, un CD et un DVD, 2003-2006, Dreyfus Jazz). Il fut invité par Wynton Marsalis au Lincoln Center de New York en octobre 2003 pour y créer une suite pour tentet. Le disque, enregistré avec le Hervé Sellin Tentet, est paru en 2008. Il est professeur au département Jazz et musiques improvisées du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris. Plus d'informations